le journal de 20h de catherine

Pour finir la semaine en ce vendredi je vais vous parler des cocos. Tout le monde connaît la noix de coco, mais le coco reste méconnu car il ne s’exporte pas, il se mange sur place.

En fait la noix de coco est la graine du cocotier. Et le coco c’est cette noix de coco entourée des fibres végétales qui l’enveloppent.

 

Sur les cocotiers poussent des cocos qui vont tomber lorsqu’ils sont mûrs. Si personne ne les ramassent les fibres pourrissent et au bout  de plusieurs semaines la noix de coco va germer, se planter dans le sable et donner un futur cocotier.

Si le coco est ramassé une fois au sol, il faut enlever toute les fibres pour voir apparaître la noix de coco. Ensuite il suffit d’ouvrir un des 3 trous avec un tire-bouchon et de laisser couler le jus que l’on peut boire. Enfin, tapez avec un petit marteau tout autour de la coque pour décoller la chair blanche à manger.  La noix de coco se mange nature, ou se râpe et se fait sécher au soleil pour obtenir de la noix de coco râpée que l’on utilise principalement en pâtisserie. Une fois ouverte, vous pouvez conserver les morceaux 48h maximum dans un récipient rempli d’eau à changer régulièrement. Mais le plus simple est de congeler sur votre silpat les morceaux séparés et une fois congelés vous pourrez les conserver plusieurs semaines dans un sac de congélation. Vous pourrez alors en déguster à volonté quand vous le voudrez. Le temps de décongélation est très rapide moins de 10 minutes.

 

Malheureusement aujourd’hui il est très rare d’avoir de très bonne noix de coco. En effet souvent transportées pendant plusieurs semaines par bateau pour baisser leur prix de vente, elles sont alors  dès le départ traitées. Avec une petite aiguille on va injecter à l’intérieur un produit pour ne pas qu’elles pourrissent dans le voyage. Et c’est ainsi qu’on obtient des noix de coco à l’arrivée qui ont un très mauvais gout comme quelque chose de fermenté. Je vous conseille si vous voulez en manger de très bonne de privilégier les épiceries asiatiques qui je ne sais par quel moyen ne traitent quasi jamais leur noix de coco, au moins vous pourrez avoir le vrai gout.

 

Ici en Guadeloupe, les cocos pas encore murs, sont ramassés par des spécialistes qui montent directement sur les cocotiers à mains et pieds nus. Ils coupent avec un « coupe coupe » des grappes de coco.

Une fois ramassés, les cocos sont vendus partout dans les rues et consommés tout de suite.

En fait comme vous pourrez le voir sur les photos, d’abord on entaille le coco pour faire un trou par lequel on boit le jus. Ensuite on le coupe en 2 et on racle l’intérieur pour manger la chair qui est encore un peu visqueuse et gélatineuse. En réalité la plupart du temps, le jus de coco appelé « eau de coco »  est mis en bouteille de 1.5 litres et on achète la bouteille puis l’on boit ainsi de l’eau de coco tout au long de la journée. Ce faux lait est très transparent est beaucoup moins sucré que le lait de la noix de coco et il est très concentré et bien meilleur pour la santé.

Cette eau a un indice glycémique très faible, ce qui en fait une boisson très désaltérante sans calorie. Elle est très riche en potassium, prend soin de la santé vasculaire car elle permettrait de réduire le taux des mauvais cholestérols. Grâce à sa forte teneur en acide laurique et à ses propriétés antifongiques, antivirales et antibactériennes, l’eau de coco permet de renforcer le système immunitaire, et donc d’éviter la survenance de différents types de maladies.

 Et c’est ainsi que s’achève mon petit journal de 20h puisque je rentre en métropole car toutes les bonnes choses ont une fin. j’espère que vous aurez eu plaisir à partager avec moi ces quelques fruits….

Je vous retrouverai donc dès lundi pour de nouvelles aventures culinaires….à très bientôt.

 

les-cocos-canva-blog

 

les-cocos-2-canva-blog

cocos, fruits, Guadeloupe, Noix de coco

Enregistrer

Enregistrer